Helene @ Austin

Tuesday, June 13, 2006

Mon coming back

Depuis mon retour à Paris fin mai, j'ai fait plein de choses non-productives comme manger du fromage, chatter des heures sur msn, aller tout le temps en soirée/au resto pour revoir tous ceux qui m'ont manqué (et particulièrement toutes mes girlfriends) et rencontrer de nouvelles personnes (nin-nin!), jouer au basket, prendre le soleil dans mon jardin, faire des cookies et bien sûr passer du temps avec mes parents (ce qui n'est pas du tout improductif, Maman je t'aime!)... Bref, tout a commencé par un petit diner au Paradis du Fruit avec Carine et Lisou où le charmant serveur nous a offert un jus de mangue avec trois pailles...

Puis est arrivée la soirée de mon pot de retour au Dock Bar qui s'est achevée au Globo dont la musique a été particulièrement appréciée par mes potes du Chesnay!;-)



Ensuite, il y a eu quelques soirées arosées dont la direction, et plus particulièrement les protagonistes ont souhaité censurer les images...

Et puis, il y a eu aussi, entre autres, un autre dîner de filles avec Constance et Lolo pour un retour aux sources, sur une place piétonne de Versailles (Elles sont belles hein mes copines)...

THE Road trip

Bon alors bien sûr, entre New York et la fin de mon séjour à Austin qui s'est couronné d'un road trip à travers le Far West avec mon frère, il s'est écoulé beaucoup de temps, passé plein de choses, mais rien qui ne m'ait donné envie de tapoter sur mon clavier.
Quelques chiffres en vrac :
- 17 : le nombre de jours de notre petite expédition
- 4x4 : notre voiture!!! une super Jeep rouge qui a fait ma fierté!
- 4000 : le nombre de km parcourus
- 35 : la température extérieure moyenne (parce que dans notre Toyota RAV4, bien sûr, on avait la clim, la boîte de vitesse automatique et le cruise control!;-))
- 2 : le nombre de journées de pluie que nous avons vues... les 2 à San Francisco!!!
- 3678 : le nombre de fois où l'on s'est engueulé avec nico;-) C'est normal, on est frère et soeur!
- 3 : le montant en dollars que nous avons joués (et perdus) à Las Vegas
Alors vu que j'ai pas envie de tout écrire parce que c'est long, que je ne me souviens plus de tout, et que de toutes façons, j'ai raconté de vive voix le plus important à pas mal de monde maintenant, je me contenterai d'afficher quelques photos;-)!

Wednesday, April 12, 2006

New YO-rk

La semaine dernière, je me suis envolée à New York avec mon amie Kim (oui, oui, c'est une tching-tchong aussi...) pour 4 jours. Comme vous pouvez le constater sur la photo, on était comme des petites folles en arrivant! Cette ville est tout simplement géniale - et les gens qui me connaissent bien (ah, ça met mal à l'aise ce genre de phrases, hein?!) savent que je ne m'extasie pas facilement-!!!
On a marché énormément, "peut-être plus qu'on n'avait jamais marché durant notre vie entière" comme a dit Kim, afin de pouvoir sentir l'atmosphère de ces différents quatiers. Je vous fait grâce de tous les endroits touristiques par lesquels nous sommes passées (Statue de la liberté -je ne peux pas croire qu'on leur ait fait ce cadeau à ces "cons d'américains", l'auteur de cette périphrase se reconnaîtra!... Bon ok, je dénonce : mon frère, à 8 ans, en parlant d'un de mes oncles-, l'Empire State Building, Times Square, Central Park, etc., etc.. En effet, cette ville, en dehors de ces lieux touristiques et souvent décévants, constitue un trésor d'ambiances diverses et un paradis pour les amateurs de jazz, hip-hop ou R&B!
C'est ainsi qu'on a rencontré plein de yo-yo et ouaich-ouaich (d'où le titre, quelle habile introduction, n'est-ce pas?!) lors de notre premier soir en ville à Greenwich : ayant passé la soirée dans ce bar de musique live appelé le "Groove", nous avons rencontré toutes ces sympathiques personnes, dont cette black du New Jersey qui m'a appris à dire correctement "Whatever" et ce charmant chanteur dont certains ont déjà entendu parlé...
Le reste de notre séjour s'est déroulé de manière plus calme, entre balades, restaurants, bars, balades, et encore balades.

Sunday, March 26, 2006

Mexico, Mexi-iiiiiiiiii-coooooooooo!

Avant que je n'oublie tout, voici les grandes lignes de mon Spring Break, sous le soleil qui chante-iiiiiii...
Après une première escale de deux jours à Cancun où Nico, Ben et moi-même avons pu tester les fameuses boîtes de nuits remplies d'américain(e)s saoul(e)s et affamé(e)s (Ah! Je suis sûre qu'il y en a plein que ça fait rêver là, manque de bol, personne n'en a profité parmi nous puisque Ben et Nico sont "engaged" et que moi je suis une grosse coincée!), nous avons voyagé dans la Péninsule du Yucatan.
Au programme découverte d'Isla Mujeres, plages quasi-désertes de Punta Bete, plongée à Cozumel, un des spots les plus réputés pour la beauté de ses fonds marins, et bien sûr passage incontournable sur les sites célèbres mayas de Tulum et Chichen Itza.
Un reportage en image :
A Cancun, des boîtes de nuit (open bar) immenses pouvant contenir plus de 10 000 personnes et des shows et spectacles incroyables toute la nuit!
A Isla Mujeres, de magnifiques plages à perte de vue (et des nanas de ouf - Ah, pardon, c'est moi, j'avais pas vu!) découvertes en scooter.
A Punta Bete, des plages toujours aussi belles mais cette fois presque désertes et bain de minuit.
A cozumel, plongée dans une mer superbe (Et oui, on n'est pas tous égaux face au porter de la combinaison de plongée... Semblerait-il que certaines tenues m'aillent un peu mieux...).
Pour finir, à Tulum et Chichen Itza, de jolis paysages... en ruines...

Saturday, March 25, 2006

Je nique pas, c'est meetic!


Il est 2h du matin et je suis en train de travailler mon mémoire sur les jeunes cadres célibataires, en tant que consommateurs dans leur vie privée et amoureuse, ce qui me renvoie notamment aux sites de rencontres.
En élève consciencieuse, vous vous doutez bien que je me suis donc inscrite sur Meetic. Et c'est tout simplement fabuleux : Je remplis d'abord toutes sortes de critères concernant l'être que je recherche (s'il existe - non, je dis ça parce qu'en ce moment, tout le monde me dit qu'il ne peut exister que dans mes rêves!) depuis sa taille ou son poids et ses goûts culinaires, en passant par sa nationalité et sa religion, jusqu’à son désir d’avoir des enfants ; puis le logiciel appelé Meet-shake (ex-cel-lent le jeu de mot!) me fournit immédiatement une liste de personnes qui sont censées me faire rêver! En gros, tu donnes les ingrédients dont tu disposes pour faire un gâteau et tes goûts en matière de pâtisserie, et on te fournit différentes recettes qui sont suscpetibles de régaler ton palais (désolée pour l'analogie, je suis au régime cette semaine, ça doit me pertuber), tentant, non?!
Bref, en poursuivant mes recherches (que c'est difficile de bosser son mémoire!!!), j'ai découvert l'histoire du charmant Nick, qui a crée un blog intitulé "Je nique, c'est Meetic" en janvier 2005, dans lequel il raconte toutes ses aventures sexuelles parmi les 52 femmes qu'il a rencontrées via Meetic en un an. A l’aide de graphiques, de fiches, etc., il évalue leurs performances et expose également les méthodes les plus efficaces pour passer du virtuel au réel et pour classer dans son répertoire téléphonique les femmes en fonction de leur « potentiel ».
Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais en tous cas, moi, en attendant... (retour au titre;-))

Tuesday, February 28, 2006

100 patates?!


Pour fêter Mardi Gras comme il se doit, on a embarqué jeudi soir dernier dans un bus Greyhound, direction la Nouvelle Orléans, avec deux amies françaises. Certes, voyager en bus Greyhound n'est le moyen de transport ni le plus comfortable, ni le plus rapide (il faut 12h pour un Austin-New Orleans), mais c'est de loin le moins cher!
Première escale, Houston, où l'on doit attendre notre correspondance pendant près de 2h30. Un employé de la gare nous indique le chemin pour aller dîner en ville et nous conseille de bien rester toutes ensemble et de surveiller nos portefeuilles, ce qui paraît normal à minuit... Mais le type, après nous avoir saluées, revient sur ses pas, m'attrape le bras, me regarde droit dans les yeux et me dit : "And don't you let anybody help you!". Là, c'est réglé, il a réussi à me faire peur et on saute dans un taxi. Deux heures plus tard, de retour à la station de bus, je me mets dans la file d'attente attribuée à notre bus pendant que les filles vont récupérer nos bagages à la consigne. Quand elles viennent me rejoindre, c'est l'émeute : Toutes les mamas noires se mettent à nous hurler dessus (on est les seules blanches de la station!) en disant que je faisais la queue mais qu'elles ne faisaient pas la queue, alors qu'elles n'ont qu'à se mettre à la fin de la file et faire la queue, et que si je veux rester avec elles, je n'ai qu'à m'y mettre aussi et faire la queue, et que pour la peine, de toutes façons, elles vont nous passer devant, sans faire la queue... On attend le bus pendant 1 heure sans avoir aucune information, ni même sans être sûres d'avoir des places dans le bus, s'il arrive... Derrière moi, une black d'environ 1,90m et 90 kg est en train de s'engueuler avec son mec au téléphone : "You can't call on my mother fucking phone and say you apologize. I'm not for that fucking bullshit. And don't fucking yell at me!".
On finit quand même par monter , saines et sauves dans un bus. Mais rapidement, on est réveillé par des cris au fond du car : "Hey man! God is watching you!", "Don't you ever try to do that again, man!". Le chauffeur - le seul autre "blanc" du bus - qui enlevait son blouson a fait un écart, et les passagers sont tout simplement en train de le menacer et de l'insulter, tandis que d'autres sont en train d'insulter ceux qui l'insultent... Bref! Le reste du voyage se déroule à peu près normalement, mis à part une vieille folle qui scande aux toilettes "Give me a shit, give a shit!" et une autre qui me montre sa voisine de devant en me disant qu'elle est dingue et qu'elle a besoin de se faire soigner, voire de se faire greffer une nouvelle tête...
A la Nouvelle Orléans, ma famille vietnamienne, chez qui l'on va rester pendant ces 3 jours, nous attend avec des roses (Un peu de finesse dans ce monde de brutes...).
NB : Oui, oui, je suis consciente qu'en mettant cette photo, j'alimente toutes vos potentielles moqueries sur mes origines tching tchong. Par ailleurs, vous noterez que je ne suis pas si petite comparée aux femmes de la famille...
Quelques heures plus tard, nous voici toutes les 3 dans le quartier français. Toute la journée, on voit de jolies petites rues colorées, des masques, des colliers et des guirelandes accrochés aux maisons, des gens déguisés et de la musique partout!
Dans la soirée, on décide d'aller faire un tour au casino. On s'arrête à un jeu de dés où un type nous propose de lancer les dés pour lui. Apparemment on a de la chance car le type a l'air content et n'arrête pas de nous donner des jetons en nous disant :"It's OK, it's OK, you're doing good job!" (décidemment, je suis très consciencieuse;-)). Lorsqu'on se rend a la caisse, c'est bien 325 dollars de cash qu'on nous remet!!! On essaie de garder notre sérieux en sortant de casino histoire de ne pas se faire dépouiller mais au bout de 10 mètres, on ne peut pas s'empêcher de danser et chanter : "On a cent mille dollareuh, on a cent mille dollareuh!".! Bien sûr, on retourne au casino le lendemain mais personne ne nous propose de jouer... Ca aurait été trop beau!
Le dernier jour, après nous avoir payé notre shopping et un déjeuner au restaurant, mon oncle Thin et ma tante Diep (Merci de prononcer "Tine" et "Zièpe") remettent à chacune de nous une petite enveloppe rouge et m'expliquent que c'est une tradition asiatique pour souhaiter bonne chance. J'ouvre l'enveloppe et découvre 200 dollars!!!
Bilan du voyage : un compte bancaire créditeur de +70 dollars (après toutes mes dépenses...), une expérience de l'autre facette de l'Amérique, celle de l'Amérique noire et profonde (Pas de blagues déplacées SVP), des supers moments avec mes cops ainsi que des images de parades, de groupes de jazz, de festivités et de déguisements plein la tête!
PS : Rien à voir mais j'ai un date ce soir!;-)
PPS : Toutes les photos sont en ligne sur ma galerie Kodak!

Tuesday, February 07, 2006

"Voulez-vous prier avec moi ce soir?"

OU : Gregory Gymnasium
QUAND : Avant hier soir, 8:47 pm
QUI : Steve
QUOI : C'est là ce que ça se complique...
Je suis à la salle de sport, comme tous les jours (Et oui, y en a qui s'entretiennent!), en train d'attendre que ma machine préférée se libère, quand j'entends "Hey, Ellen (Ils le prononcent comme ça...)! How are you doin?". C'est un mec de ma classe de Brand Management que je vois en me retournant. Je me dis que c'est sympa qu'il vienne me parler, et suis plutôt réceptive, ne ratant jamais une occasion de pratiquer mon anglais. On discute une dizaine de minutes de tout et de rien (Ils sont super forts pour ça les américains), et puis à la fin de la conversation, il me demande ce que je fais le lendemain soir. Là, je me dis que je vais avoir mon premier "date" mais je lui réponds que j'ai déjà quelque chose de prévu (Normal!!! Mais en plus c'était la vérité;-)). Et là, il me dit : "Ah... En fait, demain je vais à l'église et je voulais te proposer de venir avec moi... Mais c'est pas grave, j'y vais tous les mardis soir et c'est vraiment super sympa donc dis-moi quand tu es dispo!"...

Friday, January 20, 2006

Omar m'a voler

Maintenant que tout est réglé, je peux vous le dire sans que mes parents fassent une crise cardiaque, morts d'inquiétude pour leur fi-fille : OMAR M'A VOLER...
En effet, l'après-midi de mon premier dimanche à Austin, je trouve la porte de mon appartement entre-ouverte à mon retour... Je l'ai évidemment fermée à clé en partant, mais remarquant que la porte de la chambre de mes deux coloc américaines est également ouverte, j'en déduis qu'elles sont rentrées de vacances et me réjouis de pouvoir faire leur connaissance très bientôt! Le lendemain matin (après un bon ptit déj chez Starbucks), je me rends à la Chase banque pour ouvrir un compte, puis je passe chez moi (après un bon déjeuner dans un fast food mexicain... Comment ça, je ne fais que manger?!!!) prendre le cash avec lequel je suis partie de France pour le déposer sur mon compte.
Et là, c'est le drame! Dans un ultime effort, Hélène pénètre dans sa chambre dans laquelle se trouve le tiroir dans lequel se trouve la pochette dans laquelle se trouve l'argent... qui n'y est plus! A cet instant, Hélène, paralysée par l'effroi, reste sans-voix (si, si, ça lui arrive) et voit sa longue vie défiler toute entière - bah ouais, il y avait quand même 1000 dollars-...
Bref, je prends conscience que mes coloc ne sont jamais rentrées de vacances mais que mon appartement a tout simplement été cambriolé (l'occasion pour moi d'apprendre un nouveau mot : to burgle)... Je descends donc avertir la direction de ma résidence qui appelle immédiatement la police.
Et c'est comme ça que je suis entrée dans un nouvel épisode des Experts : Un peu plus tard dans l'après-midi, un policier vient m'interroger dans ma chambre, notant méthodiquement sur son petit carnet tout ce que je lui dis (Ah! Enfin un homme qui écoute ce qu'on lui raconte...) puis, à l'aide de son petit pinceau et de sa poudre noire, prend les empreintes sur les objets susceptibles d'avoir été touchés par le cambrioleur. Il m' explique ensuite qu'un détective prendra en mains la suite de l'enquête, mais que surtout, je me rassure, le coupable ira en prison! Il conclut en me disant qu'il va faire changer les serrures le lendemain à la première heure, mais qu'en attendant, je ferais mieux de ne pas dormir là... [NB : Cette mise en garde m'a tout de même valu de regarder tous les soirs dans les placards et sous mon lit pendant plus d'une semaine, de peur que quelqun ne se soit à nouveau introduit dans mon appart!]
Le lendemain matin, remise de mes émotions, j'appelle mon assurance qui, après m'avoir baladée entre 3 services différents, tous aussi désagréables les uns que les autres, m'explique que je ne suis pas assurée chez moi mais uniquement lors de mon voyage, que je ne suis pas assurée s'il n'y a pas de traces d'effraction (valise fermée à clé, coffre-fort, etc.), et que je ne suis pas assurée pour du cash... En gros, trois bonnes raisons pour ne pas être assurée!...
Ma seule chance de récupérer mon argent étant donc qu'on retrouve le coupable, je me mets à harceler la direction de ma résidence en leur demandant 2 fois par jour si l'enquête a avancé. C'est ainsi que j'ai fini par avoir RDV un matin avec le directeur, qui me présente ses excuses pour ce fâcheux incident et m'annonce qu'il va me rembourser l'argent que l'on ma volé!!! Sur le moment, je ne veux pas y croire mais le remercie tout de même chaleureusement (au cas où)!
Et c'était la vérité : j'ai bien reçu hier, un chèque de la somme exacte que j'avais déclaré avoir perdue ($1010,00)!
Tout est donc bien qui finit bien, mais j'aurais dû m'en douter, aux Etats-Unis, mon histoire ne pouvait connaître qu'une Happy End...:-)